Le collectif Ndongo, mon coup de cœur au festival Afropolitain

Le festival Afropolitain nomade a finalement tenu sa promesse à Abidjan. Pour ceux qui ne le savent pas encore, le but de cette manifestation est de « forger les bonnes pratiques en matière de création artistique et d’échange interculturel ».

L’ambition de Vanessa Kanga, la fondatrice de l’événement, et son équipe est d’encourager les jeunes artistes dans leur démarche d’appropriation de la chose numérique. Cela se traduit par le choix du thème : « Aux origines du Hip-Hop, de l’analogique au numérique, 40 ans d’engagement et d’influence musicale ». Cinq jours durant, Abidjan a été la capitale de la musique, des arts visuels et du numérique.

La 6e édition de ce festival a révélé au grand public le collectif Ndongo, l’un des représentants de la République centrafricaine. Oui, il y avait également la sublimissime artiste-chanteuse Laetitia Zonzambe.

Steve Mav tout enjaillé en compagnie des Mondoblogueurs Babeth Lizy, Jeff Amann et Odilon Doundembi (crédit photo : Odilon Doundembi)

Ndongo signifie piment en sango, la langue nationale de la RCA. J’ai fait la connaissance du groupe sur les réseaux sociaux grâce à leur chanson Toumandi. Étant Centrafricain, je me suis empressé de les rencontrer. J’ai été agréablement surpris, tout comme le public abidjanais !

Le groupe est créé par le centrafricain Steve Mavoungou alias Steve Mav. Résidant en Belgique, Steve Mav est auteur, compositeur, producteur et chorégraphe. Il est le producteur de l’album « On est là » sorti le 28 Juin 2019.

Steve Mag et Odilon Doundembi (crédit photo: Odilon D.)

Le collectif Ndongo se veut panafricain. Il est donc composé de trois membres, de différentes nationalités : Malone du Congo, Solange du Burundi et de la RDCongo et bien sûr Steve Mav de Centrafrique. Tous des artistes polyvalents.
Les nomades nous ont gratifiés de leur plus belle performance lors de la soirée de clôture, la « Urban Afrika Party » au Music’All, de 20 heures à l’aube. Le passage du collectif Ndongo a été éblouissante. En les regardant sur scène, on note immédiatement une facilité à chanter et à danser avec un rythme varié : de la salsa à la rumba en passant par la musique traditionnelle (des pygmées) de la RCA et le Hip-Hop.

Solange, Malone et Steve Mav au Festival #Afropolitain2019 (crédit photo : Odilon Doundembi)

Le public était conquis, même s’ils n’ont interprété que trois extraits de leur album de 12 titres. La réaction tant de leurs collègues artistes que des simples spectateurs a été positive.

Koffi Kouamé, spectateur :

« J’ai aimé le style. Ce n’est pas comme ce qu’on a l’habitude de voir : 100% rumba ou afrotrap. C’est innovant ».

Le rappeur français, « Élément de Mass », n’a pas hésité à venir les saluer à la fin de leur prestation :

« Il y a longtemps que j’ai vu des gens chanter et danser en même temps. C’est génial, votre manière de danser. Franchement, c’était énergétique. J’ai kiffé ! »

Pour Steve Mav, c’est toujours une fierté de représenter la RCA, et l’Afrique centrale en général, à l’international. C’est la même la principale raison d’être du groupe.

Personnellement, le collectif Ndongo a été mon coup de cœur à la 6e édition du festival Afropolitain nomade.

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *