La République Centrafricaine et ses vieux démons

La République Centrafricaine ne finit jamais de faire parler d’elle de façon négative. En terme de sécurité, depuis ces trois dernière années, cela n’a pas tendance à s’arrêter, même si des efforts ont été consentis de la part des différentes communautés dans le but d’apaiser les cœurs.

Les assoiffés de sang préfèrent attiser la haine. Certains en tirent leur épingle du jeu. Ces derniers agressent et tuent des innocents à cause des aberrations qui finiront par en tuer d’autres. Les raisons de cette barbarie sont multiples. Voici celles que je peux relever :
– La rivalité entre les groupes armés pour le contrôle des zones riches en ressources naturelles qui échappent à l’autorité de l’état depuis plus de trois déjà, à l’intérieur du pays.
– Certains groupes veulent prouver qu’ils pèsent plus que d’autres en vue de gagner davantage dans le processus du DDRR (Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Réhabilitation).
– Il y en a d’autres qui ne savent plus où aller en cas de désarmement : tel est le cas des mercenaires Tchadiens, Soudanais, Nigériens, désavoués dans leur propres pays pour la plupart.
– A cela s’ajoute, l’esprit de vengeance et les règlements de comptes qui enrichissent ou satisfont les commanditaires.
– Les chefs de guerre sont plus respectés et plus entendus que les citoyens qui réclament la quiétude dans leurs communautés.

Plusieurs villes, à l’intérieur du pays, sont dans la tourmente. Il y a de nombreux déplacés  à Bria, Batangafo et Mobaye, suite aux combats ayant opposé les éléments du rebelle Nigérien aux Anti-balaka (je trouve inutiles de citer les noms des barbares pour ne pas en faire une publicité gratuite). Les chefs religieux servent d’intermédiaire en jouant la médiation comme à l’accoutumé. La liste d’attaques de ce genre est très longue.
Il ne sert à rien de continuer à contourner la vérité. N’importe quel illettré à la frontière Centrafricano-Tchado-Soudanaise connait. L’incapacité ou le refus des soldats de la MINSUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique) à désarmer les bandits armés n’est plus à démontrer. Cela pousse les bandits de tout bord à parvenir à leur salle besogne.
Trois ans après leur déploiement, à part l’accalmie qui règne à Bangui, la Minusca avec la bénédiction des autorités centrafricaines, n’a pas su assurer la sécurité des populations dans les régions reculées du pays comme il se devait. Chaque semaine, chaque jour, chaque heure, il y a des morts d’enfants, d’adultes de vieillards, pauvres innocents, victimes de la barbarie des groupes armés.
L’artiste musicien Ozangin Oz, est l’un des fervents ambassadeurs de la paix en République Centrafricaine. Il chante la paix, pour la paix, la réconciliation et la cohésion sociale, dans la majorité de ses chansons. Je n’ai pas compris pourquoi ce grand pacificateur a fait l’objet d’une attaque à la grenade alors qu’il était en concert dans le 5e arrondissement de Bangui. Huit personne au total ont perdu la vie durant cette attaque et plusieurs autres blessées.
Cela a suscité une vive tension à Bangui pendant un moment. Heureusement, plusieurs citoyens se sont levés comme un seul homme, un seul homme, en dépit de leur situation géographique, leur appartenance politique ou religieuse, pour dénoncer les attaques barbares de ces voyous armés sur les innocents vulnérables. Sur les réseaux par exemple, les artisans de la paix ne cessent d’attirer l’attention des autorités à prendre des mesures de sécurité idoines en vue de préserver la vie des paisibles citoyens qui ne demandent rien d’autres que cela et le développement.

Il est vrai que la paix se construit lentement, cela ne veut pas dire qu’il faut avancer dans le passé. Pourquoi en RCA, on fait toujours un pas en avant et cent en arrière ?
Il y a des moments où les gens doivent déterminer leur avenir : tout le monde est conscient du fait que le retour de la paix dépend en grande partie du celui effectif des FACA (Forces Armées Centrafricaines). Oui, ce ne sont pas tous les soldats centrafricains qui ont besoin d’être formés de nouveau, il suffit d’un recyclage pour que certains reviennent en action comme d’antan. Certains ont déjà suivi des séries de formation organisées par la mission européenne de formation des FACA, l’EUTEM en partenariat avec la Minusca et le gouvernement centrafricain. Pourquoi ne pas les remettre en activité comme le souhaite le peuple ?
Avec tous les moyens logistiques et humains dont dispose la Minusca, pourquoi ne pas mettre hors d’état de nuire ou capturer ces chefs de guerre qui continuent de terroriser les populations ? Du moment où, la communauté internationale refuse à ce qu’on arme les forces de défense et de sécurité comme il se doit.
Il y a trop de blabla sur la RCA et un manque de pragmatisme de la part des autorités nationales. C’est exaspérant !
Continuer à regarder la souffrance du peuple, à faire fi au cri de détresse de ceux qui vous ont mis au pouvoir. Un jour viendra où vous aurez besoin du soutien de ces derniers. Seul le regard du peuple vous répondra et vous regretterez votre lenteur démagogique, vos sourdes oreilles d’aujourd’hui.
Chers gouvernants, ceux qui vous chatouillent aujourd’hui, pourraient vous haïr demain car les amis sont parfois nos pires ennemis. Même ceux qui vous entourent d’aujourd’hui vous lâcheront comme Jésus-Christ l’avait été sur la croix. Songez-y !
Si vous attendez que l’eau chaude devienne bouillante pour agir, on vous continuer à vous accuser de ne pas être proactif. C’est le moment de remettre les pendules à l’heure, de vous rattraper afin de redonner le sourire au peuple et de bénéficier de son indulgence. Il suffit d’avoir la volonté de faire avec les moyens de bord en s’entourant des meilleures personnes pour faire fonctionner l’appareil sécuritaire. Cela fait plusieurs mois déjà pour ne pas dire plusieurs années, que les centrafricains attendent avec impatience, une réelle implication de nos forces armées (FACA) dans la résolution de cette crise.
Y en a marre d’avoir l’impression de parler dans le vide tandis que des voyous armés prennent tout un peuple en otage et se font entendre par les autorités centrafricaine et la fameuse communauté internationale.
Y en a marre de voir les enfants quitter leurs villes/villages pour trouver refuge dans une localité qui ne leur permet pas d’étudier comme le font les autres.
Y en a marre de voir les vieillards perdent la vie car ne pouvant pas fuir la souffrance qu’infligent les barbares qu’on peut assimiler aux terroristes.
Y en a marre de voir les forces armées centrafricaines regarder ces massacres et humiliation sans avoir la possibilité d’agir ou de réagir.
Y en a marre de ces personnalités en quête de popularité qui se prennent au jeu de selfie avec un chef-rebelle comme un bambin ravi de rencontrer son idole dans un coin.
J’en ai marre !
Il est vrai qu’on peut trouver du bon dans chaque humain, mais en RCA certaines personnes sont nuisibles à la société. Celles-ci doivent regagner leur lieu de prédilection : la prison. Tel est le cas de ces chefs de groupes armés et leurs complices. Il faut d’abord la justice, la vraie pour le peuple afin de mettre hors d’état de nuire ces bandits armés. Cela va servir de leçon aux récidivistes.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *