Dakar-Thiès: un voyage pas comme les autres

Article : Dakar-Thiès: un voyage pas comme les autres
Étiquettes
16 janvier 2014

Dakar-Thiès: un voyage pas comme les autres

Mon voyage sur Thiès, une ville située à 70 Km de Dakar m’a permis de comprendre pourquoi il y a un taux élevé d’accidents de route au Sénégal.  Cette excursion était dans le but d’assister au baptême du fils d’un ami.

Avant de quitter la gare routière de Dakar, une maman avec qui je partage le siège m’a conseillée de prier Dieu pour que tout se passe bien afin qu’on arrive à destination à bon port car ce n’est pas du tout évident avec ces chauffards… Un homme averti en vaut deux, dit un adage. Du coup j’ai compris que tout peut arriver  d’un moment à l’autre et la vie des gens sont en danger même si ce n’est qu’un voyage.

Plusieurs facteurs sont à l’origine des récurrents accidents de circulation au Sénégal. Parmi ceux-ci, on peut citer l’état de la route, l’état des véhicules et surtout le comportement humain. Les deux derniers de ces facteurs en sont les principaux responsables. Afin de réduire le taux d’accident, les autorités compétentes ont fait construire des dos d’âne  tout au long du trajet. et malgré la mise en fonction de l’autoroute à péage, chacun veut arriver à destination avant les autres.  Cela se traduit par une vitesse élevée, le non respect des panneaux de signalisation, le conducteur ne regarde pas dans le rétroviseur avant de dépasser un autre véhicule ou avant de traverser la route, il n’ose même pas clignoter quand il veut changer de direction. La pression des clients ainsi que les discussions fraternelles entre le chauffeur en pleine conduite et les clients déstabilisent le conducteur. En gros, en plus de l’état vétuste des véhicules, les surcharges, les erreurs à répétition, la négligence, le manque d’expérience et le non respect des codes de conduite de la part des conducteurs sont à l’origine de nombreux accidents de circulation sur les route du Sénégal.

Heureusement qu’on a trouvé une voiture extraordinaire. Quand je dis cela, je fais allusion à une voiture censée contenir quatre personnes, mais qui est transformée afin que 7 clients, enfin 8 au total avec le chauffeur pour être plus précis, puissent monter à bord.

A mon retour, j’ai vu au moins trois véhicules cloués au sol dont deux pick-up et un camion. Les pick-up se trouvent hors de la chaussée et le camion quant à lui s’est retrouvé dans un trou ressemblant à un canal qui jouxte la route, les quatre roues en l’air, avec des bagages éparpillés, des gens exténués (l’équipage du camion)  en attendant les secours qui doivent venir de Dakar…Les policiers qui sont sur le lieu font ralentir les véhicules qui passent afin d’éviter un éventuel accident.

Selon le Directeur des Transports terrestres : «Si l’on ne prend pas garde, d’ici quelques années la route fera plus de victimes que le Sida au Sénégal».

Les statistiques officielles données par la brigade nationale des sapeurs-pompiers précisent qu’ils ont «effectué en 2013, 9203 sorties de secours. Parmi ces sorties sont notés 15 250 blessés  et 365 morts». Ces mêmes statistiques, ont permis aux autorités compétentes d’estimer que 92.8%, des accidents sont imputés au comportement humain sur la route.

Partagez

Commentaires