Un regard sur le 24e sommet de l’Union Africaine

31 janvier 2015

Un regard sur le 24e sommet de l’Union Africaine

A l’issue du 24ème sommet de l’Union Africaine qui se déroule à Addis Abeba en Somalie, du 30 au 31 Janvier 2015, les dirigeants africains se penchent sur les grands dossiers du continent africain notamment l’épidémie à virus d’Ebola, le nigérian avec Boko Aram, la crise en République centrafricaine, la guerre au Sahel et au Lybie.

 

 Affaire de la secte islamique Boko aram

Vu l’incapacité du gouvernement nigérian a contré l’avancée des djihadjistes et en dépit de l’intervention des pays voisins comme le Cameroun et le Tchad, le conseil de paix et sécurité de l’Union Africaine a décidé de mettre en place la création d’une force régionale de 7500 hommes pour lutter contre Boko Haram dans 4 pays les plus touchés (Nigéria, Cameroun, Tchad, Niger) et le Bénin. Du 5 et 7 février 2015 au Cameroun, ce conseil va rédiger les règles et les modes d’action de cette force. Il ne reste que le soutien financier et logistique de l’ONU qui va faire trainer un peu les choses comme à l’accoutumé.

 

 Ebola et ses conséquences sur l’économie des pays touchés

Concernant l’épidémie d’ébola, il est question de savoir comment aider les pays touchés à la Guinée, le Libéria, la Sierra-Léone, à sortir de la crise économique à travers l’annulation de leur dette respective, car leur courbe de croissance est en forte baisse.

 

 Question de création d’une cour de justice africaine

La création d’une cour africaine de justice est également au programme: quel sera son rôle? L’Afrique est-elle prête pour la création d’une telle cour? Sera-t-elle pour contrer la Cour Pénale Internationale (CPI)? Les chefs d’Etat vont-ils signer pour la mise en place de cette cour? Toutes ses questions restent en suspens.

 

 Robert Mugabé à la tête de l’Union Africaine

L’un des temps forts de ce sommet est la nomination du président Mugabé comme président de l’Union Africaine. A 90 ans, le président zimbabwéen a au compteur 30 ans de règne au pouvoir. Qualifié d’autocrate par les occidentaux et de panafricaniste par de nombreux africains, ce président hors norme demande déjà la décolonisation du Sahara occidental par le Maroc…

A en croire à ses propos, chacun aura pour son compte pendant une belle longue année.

 

Vive l’unité africaine!

Partagez

Commentaires