Afrique, jeunesse et emploi: «comment stimuler l’innovation et l’entreprenariat des jeunes dans les TIC et dynamiser l’employabilité de la jeunesse ?»

Beaucoup sont les jeunes africains qui s’interrogent le plus souvent sur leur avenir quant à l’obtention d’un emploi. Dans le cadre de la célébration de la semaine mondiale de l’entrepreneuriat (Global Entrepreneurship Week), l’incubateur d’entreprises Jokkolabs en partenariat avec le collectif OSER l’Afrique, a organisé à Dakar  le 21 Novembre dernier à l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), des séries de conférences, ateliers, networking events animées par des experts, et professionnels des TIC.

Cette journée était également l’occasion pour les jeunes étudiants, jeunes entrepreneurs et autres jeunes acteurs des TIC de se retrouver, échanger et créer des synergies autour d’un thème et d’un secteur qui les passionnent: «Jeunesse, Emploi et TIC.»

TIC (Technologies de l’Information et de Communication) : secteurs porteurs et analyse du marché.

L’écosystème des TIC en Afrique se porte bien car beaucoup de services, applications…restent à développer. Il n’y a pas assez d’entreprises pour répondre convenablement à la demande des populations. Il est nécessaire  de souligner qu’il existe des facilitateurs tant privés que publiques d’innovations et à la création d’entreprises dans certains pays africains. Le Sénégal en est un exemple en matière des TIC, dans les pays francophones de l’Afrique. Les jeunes porteurs de projets, ont la chance d’avoir à leur côté des incubateurs comme JOKKOLABS et CTIC qui « accompagnent les entreprises TIC… ainsi que les porteurs de projets, dans la création, le développement et la croissance. » Sans oublier l’ADEPME qui accueille et informe les promoteurs et les opérateurs sur les différents services d’appui aux entreprises…Ces derniers offrent un cadre dynamique de partage d’expérience au travers des ateliers, conférences, l’encadrement et suivi des jeunes étudiants ou chômeurs ayant un comportement innovateur. Si seulement les autres pays, surtout ceux de la zone CEMAC pouvaient suivre ce chemin…

Etre entrepreneur exige de la maturité et de la responsabilité. Si, étant étudiants ou chômeurs, vous avez la chance de trouver un emploi, allez-y acquérir de l’expérience avant de vous lancer dans l’entreprenariat. Sinon il n’y a rien d’anormal à vouloir oser monter son entreprise.

Quelle attitude faudrait-il adopter pour réussir le démarrage de son entreprise et garantir sa pérennité?

La plupart des jeunes africains sont attentistes, ils veulent toujours perdre de temps à attendre que l’on fasse des choses à leur place. Il ne faut pas remettre à demain ce qu’on peut faire aujourd’hui. Il ressort de cette journée, beaucoup de conseils qui pourraient stimuler les jeunes africains à innover ou à créer leur propre business:

  • Identifier vos points forts (talents) et en avoir confiance, mais aussi chercher à trouver un moyen de monétiser vos savoir-faire.
  • Avoir un projet qui répond aux besoins de la population. Pour ce faire, il est nécessaire d’avoir la connaissance du marché. C’est-à-dire, savoir au préalable les besoins des consommateurs pour pouvoir leur en proposer des solutions et se  demander: qu’est ce que j’ai de nouveau (d’innovant) à proposer? Ne pas se précipiter dans la réalisation de son projet.
  • Accepter les risques pour pouvoir y faire face, comme je l’ai mentionné dans mon précédent article. Il est facile de développer une application, mais difficile de le vendre (faire la promotion de son projet ); Eviter de vous comparer négativement aux autres; Se battre pour surmonter les obstacles. Ceux-ci peuvent être l’influence que les autres ont sur vous, les gens qui ne croient pas en vous ou qui ne prennent pas au sérieux ce que vous faites…
  • Vivre son projet, c’est-à dire prendre de l’engouement dans  ce que vous faites. Je voudrais dire par là qu’il faut vraiment croire en son projet et le tenir quoique l’on vous dise. Il faut surtout écouter les conseils et s’approcher des gens expérimentés à savoir les professionnels ou les entrepreneurs. De nos jours, nous avons à notre disposition des réseaux sociaux tels que : viadeo, LinkIn…qui nous permettent d’entrer en contact avec des entrepreneurs ou professionnels très facilement. Echanger avec les amis…

Pour montrer à quelqu’un qu’on veut oser, il faut d’abord prouver à cette personne ce dont on est capable (par exemple pour avoir un financement, il faut d’abord commencer avec les moyens de bord, c’est-à-dire le peu de sous dont on dispose. Cela peut motiver la personne à vous faire confiance…). Pour survivre sur le marché d’emploi, il est primordial d’étudier le comportement de chaque client par tous les moyens: utiliser la langue qu’il comprenne, lui poser toutes les questions possibles concernant ce dont il a besoin, laisser lui le temps de s’exprimer au maximum. Personne ne peut comprendre le problème du client que lui-même. Il faut aussi s’interroger sur l’éventuelle réticence des clients.

Les TIC sont une source de revenu potentiel et de création d’emploi voire d’alphabétisation des populations africaines. Les technologies pourraient être utilisées pour éduquer les populations à travers l’usage des Smartphones dotés d’applications en langues locales. Les incubateurs doivent davantage faire émerger les jeunes ayant l’esprit de créativité.

Voici quelques exemples de projet, application ou plateforme crées par des africains pour élucider tout ce qui précède:

FINETA (Porté par la startup Piamm Technologies du Togo) est une application web de génération et d’analyse collaborative d’états financiers OHADA.

Cardioglob (un projet développé par Marc Arthur ZANG du Cameroun). c’est un logiciel destiné à réduire le taux de mortalité due aux maladies cardiovasculaires en palliant au manque de cardiologues dans les pays pauvres grâce à la mise en œuvre de méthodes innovantes permettant d’effectuer les examens cardiaques et l’interprétation à distance. Ceci à travers une transmission des données biomédicales via le réseau  téléphonique mobile.

Sama Event (plateforme de billetterie en ligne créée par des jeunes au Sénégal)…

La liste est longue, mais je suis persuadé qu’il existe de panoplies de potentialités en Afrique qui ont juste besoin d’être encourager par tous les moyens afin de mettre en exergue leurs talents.

« Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n’est pas la vôtre. Ne soyez pas prisonnier des dogmes qui obligent à vivre en obéissant à la pensée d’autrui. Ne laissez pas le brouhaha extérieur étouffer votre voix intérieure. Ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition… »  Stev Jobs

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *