Fonctionnaires malgré tout

En visite en Centrafrique, un représentant des Nations Unies voulait savoir comment vit la population avec plein d’arriérés de salaire.

C’est ce que moi-même ne  comprends pas. Dans ce pays, un fonctionnaire d’Etat peut trimer pendant 1 ou 2 ans sans pour autant  percevoir de moindre salaire, mais continue malgré tout d’aller au travail. Et pourtant « toute peine mérite salaire  » comme on a l’habitude de dire.

On se demande comment fait-il pour mettre en exergue les « 5 verbes » du feu Barthélémy Boganda, Président fondateur de la RCA (« se vêtir, nourrir, se loger, se soigner, éduquer »)? Comment fait-il pour payer ne fut-ce que le transport?

En tout cas, beaucoup de questions y sont en suspens et restent un mystère. La seule chose que je sais, c’est qu’après un mois, deux mois ou trois mois d’arriérés de salaire, il est fort probable qu’un fonctionnaire accepte facilement la chèvre qu’on lui donne et devienne une proie à la corruption de façon dangereuse.

Mr le représentant, bienvenue au centre de tous les problèmes d’Afrique où tout est difficile à comprendre sauf chez les populations (excepté moi bien sûr). Eh oui, c’est la réalité du pays de Samba-Panza, pays de toutes les exceptions.

Comment peut-on vivre une vie meilleure si le salaire tombe tous les… je ne sais quand exactement.

A force de s’endetter, les fonctionnaires souffrent lorsqu’ils perçoivent le salaire. Tu as un mois de salaire après trois mois d’arriérés. Le temps de prendre ton argent, la banque a déjà coupé sa part si tu y as contracté du crédit. Il faut également régler le compte des commerçants (qui à leur tour se plaignent de la situation de misère du pays car plus rien ne marche comme avant), des boutiquiers du quartier… sans compter, les enfants, la ou les femmes (cela va de soi), et éventuellement le loyer. Les « maîtresses », les « bureaux » et « tiroirs » du boss, aussi ne vont pas se laisser faire en réclamant leur « droit ». Rire! Les parents du village avec leurs problèmes ont les yeux rivés sur toi, surtout si tu es le seul pauvre fonctionnaire du « royaume ».

On peut vraiment comprendre pourquoi plein de gens, le plus souvent les jeunes diplômés, se contentent de nombreuses ONG implantées ça et là dans le pays. Là-bas au moins ils auront leur salaire chaque mois même si c’est insignifiant et parfois à une durée déterminée.

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *